• La vie des ombres dans la nuit

     

    La vie des ombres dans la nuit

    Notre chambre repliée dans l'ombre de ses coins

    Comme un mouchoir secret que l'on n'a pas ouvert.

    Chaque objet se calfeutre, laisse pointer un détour

    Un sac pendille au mur comme un oiseau blessé

    L'ombre de l'abat-jour grandissant au plafond en géant silencieux

    Les vêtements tombés au sol laissent des corps assoupis

    Brille de l'autre côté du sombre une bordure de coffret,

    On dirait un lingot, juste une incrustation de nacre et de patine.

    Un tambour dans un coin appelle de sa peau la lueur de mes mains.

    La flûte boisée cachée dans son étui s'endort sur un arpège à peine dévêtu.

    Une punaise verte au parfum de coriandre pointe son bruit d'aile sourd au détour

    d'un montant de la fenêtre entrouverte.

    Je ne suis pas des plus accueillante à cet insecte brailleur,

    il va devoir s'en retourner vers ses tomates sucrées.

    Une robe de chambre pendue à la patère attend le bon matin pour renaître à nouveau.

    Une cotonnade de pyjama a été délaissée par un corps dénudé recherchant la fraîcheur 

    Tout semble au repos dans le sombre étoilé. 

     

    « Sans titreLettre aux poètes contenpouriens »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :