• Vous ne saurez jamais…

     

    Vous ne saurez jamais…

     

    Jamais vous ne connaîtrez nos endroits, nos lieux d’amour et d’échanges.

    Vous ne vibrez qu’avec la haine, le profit des autres, dénués d’éthique,

    juste l'inféodation du monde et de la joie.

    Donc, vous ne saurez pas.

    Vous réservez en vous-mêmes votre haine de nos vies.

    Vous rêvez de nous voir sous le joug de vos buts médiocres, de vos servitudes atroces.

    Vous demeurerez toujours comateux de nos exhalaisons, de ce qui nous anime.

    Vous ne nous connaissez pas…

    Mon allergie féroce contre vos flans, n’a d’égale que ma compassion envers vos perversions.

    Vous n’irez pas jusqu’au tréfond du ciel éclaboussé de bleu. Vous ne connaissez que l’opprobre, la flétrissure amère.

    Comme je vous plains, hommes de peu de foi, de peu d’extase, que celui de vos prébandes acides.

    Comment pouvez-vous jouir de tant d’éclaboussures…

    Vous perdez la Terre et son humus, sa joliesse au creux des vagues, au creux de son bois.

    Vous ne régnez que par cette salissure exempte de toute clémence.

    Allez-vous nous rendre la vie âpre à ce point que nous ne sachions plus qui nous sommes ?

    Allez-vous vous tirer des balles aux pieds, sans plus raisonner, et qui n’ordonneront rien de bon,

    juste à vous faire sourire, un plaisir prompt ? un contentement de vous, une arrogance caustique.

    Nous sommes las de vous entendre, de vous voir vous réjouir de nos corps affligés.

    Vos turpides, vos scandaleuses, vos innomables gestes dignes des temps anciens

    aboutiront  à la fosse glaireuse qui vous est due.

    J’aspire qu’au jour où le chaos assombrira la terre, nous soyons tous à nous réjouir

    de notre solidaire étreinte contre vos sensuelles incuries.

    « Matin…Rester l'Enfant »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :