• La perte du Monde

     

     

    C’est la frange d’or blanc des nuages noirs

    qui me prêta l’idée que le monde allait périr.

    Non par son manque, mais par l’incurie de certains qui y vivent.

    Les plus filous de tous sont au fait de la perte du monde.

    Ils continuent le jeu en agitant des astuces, des acrobaties d’initiés,

    des expédients hasardeux pour mieux nous rassurer.

    Ils ont depuis longtemps escompté l’ailleurs, vers d’autres galaxies,

    abandonnant la Terre sans promesse de survie.

    Cette projection qu’ils caressent comme un velours acide,

    abreuvant les sommités expertes qui ne vivent que de leur prébendes

    et sont aux ordres, la main sur le chevron.

    Peu à peu s’édifie le changement des âges, l’altérité profonde.

    Ce gouffre d’incertitudes nous engloutira certeinement.

    Mais nous ne marcherons pas dans vos traces infécondes.

    Nous allons continuer à vivre selon nos vœux

    et ne plus écouter vos ministères sordides

    édictant des lois qui rimaillent si mal.

    Vous êtes les succubes de l’argent maître-mot.

    Vos écoles distinguées vous ont brouillé la vue.

    Vous ne connaissez rien des peuples et leurs vertus.

    Vous voulez accéder à plus d'angélisme,

    mais vous ne pouvez être et bienveillants et traîtres.

    Ils vous faudra choisir entre vivre et paraître,

    car vous irez tout droit au déluge initial, comme chacun de nous.

    Pourquoi y échapperez-vous ?

    Votre argent ne vous disculpera d’aucune iniquité.

    En attendant ce jour, si fatidique,

    nous danserons si bien sur vos doctrines usées.

    « Les jardins du CielIci et Jourd'hui »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :