• Souvenances…

     

     

     

     

                                                          

     

     

    Souvenances…

                                                                                    © Clo Hamelin 

     

     

    Tous mes dessins s'effeuillent au vent,

    Tous mes poèmes enfilent le temps.

    Toutes les paroles reçues et les gestes tendus,

    Tous les visages connus et les baisers reçus

    Retournent au passé… au présent, à demain.

    De tout cela je n’ai rien négligé,

    De les avoir connus, ce fut une fortuité

    De les avoir serrés.

    Mais quelle est cette larme à peine séchée

    S’abîmant sur ma peau ?

    Non, ne pleure nullement, et ne regette pas.

    Au souvenir de tant d’êtres passés, qui ont compté…

    Mes innombrables mères, mes pères par millier,

    Mes enfants devenus frère, mes sœurs devenues mère.

    Il a suffit d’un fleuve Léthé pour les y faire sombrer.

    Ils se sont perpétués, poussés d’un vent contraire.

    Souvenances d’étranges contrées, qui m’ont donné un goût obscur,

    Qui ne ressemble à rien.

    Regard sur le côté qui rappelle une étoile, une lointaine lueur,

    Dans un jardin caché, que je n’ai pas trouvé.

    Un quartier que je n’ai jamais vu, d’un baume évocatoire.

    Une ombre sur la muraille, rappel d’une victoire

    Après de longs combats

    De toutes les vies passées, celle-ci baigne mon cœur.

    Elle est si souveraine que j’en suis redevable.

    Elle est belle cette vie, même si sa déchirure quelquefois nous assaille.

    Même s’il nous faut pâlir devant tant de grisailles.

    C’est d'une sainte aubaine que d’être né vivant.

    « Rester en SoiLa perte du Monde… »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :