• Sans titre

     

    Sans titre

                                                                                          © Clo Hamelin

     

     

    La machine sombre et implacable, munie de son détestable et putride malaise a bien mené son calcul.

    Au bord du précipice qu’elle s’est elle-même creusé, elle refuse d’y tomber.

    Et par de mauvais artifices, de piètres mensonges, de
    grotesques malfaçons, cette machine de chair, d’idéologie et de brutalité, de pouvoirs iniques et inassouvis,
    nous muselle sous des masques et dans l’isolement le plus sordide.
    Que va-t-il en sortir ?
    Par trois fois, ils nous ont cloués à nos portes comme au temps de la peste.
    Par trois fois, ils nous ont barbouillés de mensonges pour mieux nous injecter leur poison.
    Allons-nous laisser faire encore longtemps jusqu’à ne plus avoir le droit de nous lever ?
    Qu’avons-nous absorbés pour être aussi mutique ?
    Allons-nous nous laisser infecter sans un mot ?
    Allons-nous laissé nos enfants qui naissent ignorer ce qu’est un sourire ?
    N’allons-nous pas plutôt les traîner dans la boue dont ils nous ont couverts ?
    Leur peur bleue de se savoir vaincus, devant nos masses terriblement décidées à les voir passer à la fosse,
    les a fait concocter pour nous une mort méphitique.
    « Ailleurs, il y a l'Ailleurs…L'Art des mots, les mots de l'Art »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :