•  

     

     

     

     

     

    A mon Amour…

                                                                                         © Reej Hamlin "Un Ange passe"

     

    Mon astre songeur et délicieux,

    Tu frôles mes plis de ta main légère

    Les rendant vertueux,

    Ils brandillent de rires et de Lumière.

    Ce fleuve de notre chambre, ondoyant librement,

    Accueille tous les rêves, les flambeaux rayonnants.

    Quand je t’ai retrouvé sur le bord du canal,

    Après maintes années, siècles et escapades, 

    J’ai senti le parfum d’un ami retrouvé

    Jamais l’un de l’autre nous n’étions éloignés.

    Dans l’univers intime de chaque cellule de nous,

    Il est un anneau d’or, d’alliance, d’éternité,

    Que nous ne saurions des mémoires retrancher,

    Qu’après des vies passées, nous retrouverons indemnes.

    Des existences obscures, de brillantes destinées,

    Des vies au bord de l’eau accueillant les poètes,

    Quotidiens caboulots, de tristesse et de haine,

    Des vies d’apothéose, de succès et de gloire,

    De royaumes celtiques, des vies de Préhistoire,

    Des désordres sans fin, de gothiques palabres.

    Mais l’apogée ultime n’est-elle pas en nous-mêmes…

    Dans ce monde choisi malgré toute cette haine ?

    Que nous chaut cette triste faconde,

    Nous nous sommes retrouvés parmi les destins crus.


    votre commentaire
  •  

    Veiller sur la Vie

                                                                                                        © Clo Hamelin

     

    Dans les chaudrons de l’Humanité

    Mijotent des bouillons amers

    Un hymne rageur et fabuleux

    Déferle sur les landes, dans les rues, dans les cœurs.

    Une ballade bruyante et belle.

    Arborant des attentes, des peines, des langueurs.

    Le cri clair des enfants résonne comme cristal pur

    Et clame dans l’air chaud, rebondit sur les murs,

    Soufflette l’air qui clame, taloche mon grand âge.

    Un fourré d’arbres embaume la prairie entrouverte.

    Il n’est pas de plus belle ivresse que la Nature

    Que l’ombre du cyprès, que la douce verdure.

    Ingénus nous sommes, du latin « né libre ».

    Naïf nous resterons, du même latin « natif ».

    Natifs de la terre ! sachons la révérer…

    Ses effluves me pénètrent, m’envoûtent et m’interpellent.

    Chaque rayon de ciel est une fenêtre ouverte.

    Au coin de nos alliances, nous veillerons la Vie.


    votre commentaire
  •  

    Je remercie Nicolas pour cette présentation dans son émission "Brèves de Poésie" 

     

    https://www.nicolasgranier.com

     


    votre commentaire
  •  

    Entendement parfait

                                                                                           © Clo Hamelin

    De l’aube au crépuscule, je ne cesserai 

    d’égrener la quiétude, le moelleux du dedans

    La pleine exactitude des sens, une gnosie primordiale, 

    Un entendement parfait pour tout ce qui existe

    Une béatitude naïve comme les enfants. 


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique